Bandeau
Lettres & Langues et Cultures de l’Antiquité
Slogan du site

Site Lettres et Langues anciennes de l’académie de Lyon.

Un EPI sur "La nuit"
Article mis en ligne le 13 juillet 2017
dernière modification le 11 juillet 2017

par Thibaud Hayette

Cet article relate un travail conjoint mené avec deux autres professeurs : Mme Delphine Lavy (Arts plastiques) et M. Christophe Lambert (Education musicale) dans le cadre d’un Enseignement Pratique Interdisciplinaire (EPI).

 Objectifs pédagogiques et compétences visés :

L’objectif était de produire une oeuvre collective qui s’appuie sur différentes compétences développées au sein de plusieurs disciplines (Français, Arts plastiques et Education musicale). Ainsi, des ponts pouvaient être construits entre plusieurs matières, ce qui donne davantage de sens aux enseignements, et le travail de groupe permettait la répartition des tâches tout en laissant à chacun la possibilité d’exprimer sa vision artistique.

 Descriptif sommaire :

"Comment la nuit permet-elle l’émergence du fantastique ?" A partir de cette problématique, les élèves devaient produire une oeuvre à la fois littéraire, visuelle et sonore. Ainsi, après l’étude de nombreux textes, d’images fixes ou animées, d’œuvres en volume, de musiques et de bruitages, les élèves ont été amenés à écrire en groupe des récits dans lesquels, par le truchement de la nuit, apparaissait le fantastique. Puis ces récits, enregistrés, devaient être agrémentés d’un paysage sonore cohérent. Enfin, une production plastique en volume constituait le support visuel qui prenait définitivement corps avec la version augmentée du texte.

 Descriptif détaillé :

Nous avons travaillé, en cours de Français, sur plusieurs œuvres autour de la thématique de la nuit (Les mystères d’Udolphe d’Ann Radcliffe ; Qui sait ? de Guy de Maupassant ; Glacé de Bernard Minier ; un extrait du film Ils de Xavier Palud ; la série de tableaux L’empire de la lumière de Magritte et des bandes-sonores de films d’horreur comme Psychose d’Alfred Hitchcock).

Puis est venue le temps de la production écrite, par groupes de deux ou trois élèves, qui devait placer l’action dans la nuit et correspondre au genre fantastique étudié en écho.

Réalisation du brouillon

Ce travail, initialement rédigé sur brouillon papier a ensuite été recopié à l’aide du traitement de textes. Des outils d’amélioration pour l’écrit étaient mis à disposition dans l’ENT sous forme de liens : un dictionnaire électronique, un site de conjugaison et un correcteur orthographique et grammatical.

Saisie sur traitement de textes

En classe, une présentation des textes a été faite par les élèves eux-mêmes et les camarades des autres groupes proposaient des améliorations.

Amélioration du texte

Nous avons ensuite fait des exercices de diction et de lecture expressive avant de passer à l’enregistrement, en salle d’Education Musicale, des textes. Tout était enregistré grâce au logiciel Audacity et mis à disposition sur le réseau pédagogique afin que les élèves puissent récupérer les sons facilement.

Enregistrement audio

En cours d’Arts Plastiques, les élèves ont élaboré des structures en volume à l’aide de boites à chaussures qu’ils ont décorées en s’appuyant sur leur récit. Puis en Education Musicale, ils ont amélioré leur enregistrement sonore (réduction du bruit, augmentation du volume) et l’ont surtout complété par une ambiance inquiétante avec musiques libres de droits disponibles dans l’ENT ou autres bruitages.

Montage sonore

Ensuite est venu le temps de la captation visuelle : les élèves ont mis en scène leur boite, généralement dans une ambiance nocturne, et ont décidé de la photographier voire de la filmer.

Captation

Avec mon autorisation, certains ont utilisé leur téléphone portable pour les captations. Cela me permettait d’une part de multiplier les supports de prise de vue, évitant ainsi une attente inutile pour les élèves, et d’autre part de leur faire utiliser cet outil du quotidien dans une démarche pédagogique.

Captation à l’aide d’un téléphone portable

Enfin, les élèves ont procédé, en salle informatique, au montage final qui mêlait donc leur enregistrement sonore et leur captation. Certains ont utilisé pour cela le diaporama d’Impress (de la suite Libre Office) et d’autres Windows Movie Maker.

 Limites et perspectives :

Comme tout projet d’envergure, il a été chronophage et il a fallu imposer aux élèves un calendrier strict pour permettre l’avancée du travail. Cependant, les productions finales sont de qualité et le travail collaboratif tant du côté des élèves que des professeurs a été une source de satisfaction.
Les élèves ont pris sur leur temps libre au collège ou à la maison pour avancer leur projet ce qui prouve l’intérêt qu’ils y ont trouvé.
L’évaluation des productions s’est faite uniquement par compétences et menée par les trois professeurs.
Voilà pour terminer un exemple de production :