Bandeau
Lettres & Langues et Cultures de l’Antiquité
Slogan du site

Site Lettres et Langues anciennes de l’académie de Lyon.

Ecrire une oeuvre collaborative critique sur la société de consommation
Réécrire Regarde les lumières mon amour d’A. Ernaux

Le projet consiste à écrire une œuvre collaborative critique à partir de l’appropriation d’une œuvre littéraire, celle d’A. Ernaux, et des observations de terrain du centre commercial la Part-Dieu à Lyon, à la manière des réalistes ou naturalistes. Il s’agit avant tout, dans une perspective d’éducation à la citoyenneté, de faire réfléchir les élèves sur la société de consommation à laquelle ils participent - parfois sans en être conscients, de réinvestir une lecture personnelle et distanciée d’une œuvre littéraire par la réécriture et de développer une posture créative d’auteur, attendue notamment dans le carnet de lecture.

Article mis en ligne le 18 juin 2019
dernière modification le 9 mai 2019

par Caroline Allingri

Objectifs pédagogiques

  • Lire et analyser une œuvre intégrale contemporaine
  • Travailler la correction de la langue et la cohérence d’un texte avec l’objectif de la publication.
  • Travailler sur l’importance des brouillons
  • Réinvestir des éléments d’histoire littéraire sur les réalistes et les naturalistes : faire œuvre d’historien grâce à des observations de terrain
  • Développer l’esprit critique et l’autocritique : la société de consommation
  • Travailler la description et la précision du vocabulaire pour faire un tableau détaillé du monde contemporain
  • Développer la créativité : se faire auteur et non plus seulement commentateur
  • Développer l’aptitude au travail collaboratif et à l’échange
  • Valoriser les écrits des élèves pour les motiver et favoriser la confiance en soi

Descriptif sommaire

9 séances de 2 heures. 25 élèves de seconde. 4 séances en salle informatique. 2 séances au centre commercial.
On peut faire ce projet en parallèle de l’étude de l’œuvre intégrale d’A. Ernaux dans le cadre de l’objet d’étude « La littérature d’idées et la presse du XIXe siècle au XXIe siècle » (programmes de 2019). Le projet est un écrit d’appropriation et rentre dans le carnet de lecture demandé par les nouveaux programmes. On peut également faire écrire une partie des textes à la maison, notamment grâce au logiciel Framapad qui est collaboratif et permet le distanciel.

Pré-requis : avoir lu Regarde les lumières mon amour d’A. Ernaux
1ère séance : Découverte et finalisation du projet avec les élèves
2e et 3e séances : analyse du texte d’A. Ernaux, création d’une boîte à outils pour l’écriture du journal des élèves et création d’une grille d’observation pour les visites de la Part-Dieu
4e : 1ère visite accompagnée de la Part-Dieu [2e sortie en autonomie] (décembre)
5e séance : rédaction du premier texte (rendu corrigé mais pas noté pour mettre les élèves en confiance dans cette position d’auteur : brouillon)
6e séance : 2e visite accompagnée de la Part-Dieu (période des soldes)
7e séance : rendu du 1er texte (brouillon) à améliorer + création du 2e texte + création du 3e texte (à finir à la maison)
8e séance : finalisation des textes, échange de textes pour faire les corrections et/ou améliorations
9e séance : édition des textes (choix de l’ordre des textes, création de transitions, comités de relecture)

Edition finale Regarde les moutons mon amour

Descriptif détaillé

Pré-requis : avoir lu Regarde les lumières mon amour d’A. Ernaux

Après une séquence sur l’œuvre intégrale Au Bonheur des dames de Zola menée en classe de français, les élèves sont amenés à lire et à étudier non plus une oeuvre narrative mais une oeuvre didactique, non une vision de la société de consommation du XIXe siècle mais une vision de celle de la fin du XXe siècle, Regarde les lumières mon amour d’Annie Ernaux.

1ère séance : Découverte et co-construction des modalités du projet avec les élèves

Sous la forme dialoguée, le professeur présente le projet à travers, dans un premier temps, les impressions de lecture des élèves et dans un deuxième temps, la lecture des premières pages du livre.
Cette séance vise à percevoir les enjeux du texte d’A. Ernaux : le témoignage d’une cliente d’un supermarché, un lieu où toute la société se rend, recelant à la fois des descriptions objectives, des questionnements et des remarques subjectives afin de faire œuvre d’historien – témoigner des habitudes de son temps - mais aussi œuvre critique de citoyenne ou de sociologue.
A partir de ces pistes, on propose aux élèves d’avoir la même démarche mais à Lyon, en 2018. Que va-t-on faire ? Ils choisissent le centre commercial de la Part-Dieu et, en binôme ou trinôme, ils s’orientent vers un type de magasins (cosmétique, fast-food, produits pour la maison, sport, grandes surfaces, etc.) qu’ils fréquentent plus particulièrement. Je propose de faire 2 sorties accompagnées sur les heures de cours et 2 sorties en autonomie.

2e et 3e séances : analyse du texte d’A. Ernaux

A partir d’un cours dialogué puis de travaux de groupe pour se répartir les différents jours du journal d’A. Ernaux, les élèves analysent le texte-source. Au terme de cette étude littéraire et stylistique, on dégage avec les élèves des éléments qu’ils pourront réutiliser dans une boîte à outils et on crée une grille d’observation pour les sorties à la Part-Dieu.

Grille d’observation

Cette étude distanciée du texte littéraire permet de travailler le commentaire de texte autrement puisque l’analyse est à l’origine de la constitution d’une boîte à outils qui servira pour un texte second, créatif, personnel. Cela permet de montrer le lien étroit entre le lire et l’écrire, de montrer que développer des compétences de lecteur expert sert aussi à approfondir ses compétences de scripteur, d’être capable de maîtriser ses effets et de préciser sa pensée.

Voici le document de travail avec le questionnement proposé aux élèves et le découpage du texte.

Document de travail - Questionnements

La 4e et la 6e séances : observations du centre commercial la Part-Dieu.

A la manière d’un auteur naturaliste qui fait une enquête de terrain, les élèves observent les clients, les lieux, les magasins, les vendeurs pendant 3 mois, de décembre 2018 à février 2019, au moment des fêtes de Noël puis des soldes d’hiver. Le professeur essaie de passer voir chaque groupe au moins une fois, pour l’aider à s’attacher aux détails, à s’interroger sur la signification de certains petits faits ou de certaines attitudes.
Lors des deux visites, il a semblé judicieux de faire un point après 30 min d’observation, afin d’une part de vérifier le travail effectif, mais aussi de réorienter certains groupes, soit parce que la prise de notes était trop peu précise, soit parce que les observations étaient peu pertinentes, soit parce que certains se sentaient perdus par rapport aux consignes. Rassembler les élèves, au milieu et à la fin de la séance d’observation, permet à l’enseignant de mieux cibler les difficultés de chaque groupe et de les accompagner de manière différenciée.
A la fin de chaque séance d’observation, chaque groupe devait rendre une grille complétée par ses observations. On peut noter ce travail.

En parallèle de ces séances, les élèves font des visites en autonomie et rendent également une grille complétée pour chacune des visites. En tout, chaque groupe a donc 4 grilles pour rédiger ses trois textes.

Les 5e et 7e séances : Ecrire 3 pages de journal - Travailler les brouillons - Echanger pour progresser

Les élèves ont écrit leurs textes sur Framapad. On a fait des pad par thèmes (la nourriture, la mode, les loisirs …). Le professeur passe dans les rang, aide à utiliser les grilles d’observation, invite souvent à la précision (couleurs, formes, disposition des articles, taille …) et à la réflexion en posant des questions.
Au milieu de la 5e séance, il a été nécessaire de travailler sur des photos prises de la Part-Dieu par l’enseignant, pour montrer ce que l’on peut observer. Cela a fait surgir de nombreuses idées chez les élèves qui avaient vu des situations mais ne savaient pas ce qu’il était intéressant d’écrire.
Ensuite, il a fallu rassembler les binômes ou trinômes afin de les confronter aux textes des autres : par groupe de pad (donc de thème), ils ont formé des cercles de lecture. Chaque groupe a lu son texte devant les 2 ou 3 autres groupes et ils ont procédé à de la négociation autour de la pertinence de telle ou telle phrase par exemple. Tous ont été amené à une critique constructive de leur texte et du texte des autres. Ce moment (30-45 min) a également permis une relecture du texte d’A. Ernaux lors de désaccords.
On a ainsi pu relancer le travail sur des bases plus solides.

La 8e séance : finalisation des pages de journal (échange de textes pour faire les corrections et/ou améliorations et/ou ajouts)

Cette séance permet à tous les groupes d’être au même niveau : rendre la version finale de ses trois textes. Certains, qui ont peu de corrections/améliorations/ajouts à faire, aident les autres. D’autres écrivent encore le 2e texte …
A la fin de cette séance, on note la version finale des 3 textes selon les critères d’évaluation suivants : 1/ longueur du texte (efforts faits pour développer) 2/ Précision des descriptions : le lecteur peut se faire une image mentale 3/ dimension critique et/ou réflexive présente 4/correction de la langue 5/ reprise de certains effets de style présents dans le texte d’A. Ernaux pour enrichir son texte

9e séance : travail d’édition (progression, cohérence, correction de la langue, création de transitions, 4e de couverture)

Dans un premier temps, les élèves choisissent l’ordre des textes afin que l’ensemble soit cohérent. C’est un moment de négociation autour de la notion de progression et de cohérence.
Puis on lisse l’emploi des temps et l’identité du narrateur.
Une fois ces choix opérés, le professeur répartit le travail en fonction des appétences et compétences de chacun : travail de correction de la langue et lissages sur tels textes, création de transitions, relecture pour la cohérence générale, 4e de couverture.
Une grosse partie du travail est faite mais il faudra encore quelques heures de relecture au professeur.

Utilisation du numérique

Les élèves ont travaillé sur Framapad afin de rester dans une dynamique de travail collaboratif : ils ont complété les écrits des autres à partir de ce que chacun avait observé, ont échangé sur les textes via le chat pour améliorer la correction de la langue, ont créé des transitions lors de l’élaboration de l’édition finale. Chacun ayant les travaux des autres sous les yeux, les échanges ont été plus spontanés et permanents durant la rédaction. Le travail d’édition a ainsi été moins long car certaines corrections et certains ajouts avaient été faits en amont.

Limites et perspectives

  • Il faudra retravailler la grille d’observation qui n’était pas assez précise pour mes élèves.
  • Il est important, dès la 2e ou 3e séance, de montrer des photos aux élèves et de les initier à une observation précise. C’est ce qui a posé le plus de difficulté à mes élèves.
  • Des pads fonctionnaient mal et certains élèves ont donc préféré travailler en parallèle sur OpenOffice pour être sûrs de ne pas perdre leurs écrits.
  • On pourrait aussi travailler sur le e-commerce pour prolonger l’actualisation.