accessibilité
| |
Bandeau
Lettres & Langues et Cultures de l’Antiquité
Slogan du site

Site Lettres et Langues anciennes de l’académie de Lyon.

Facebook & la lecture d’oeuvres patrimoniales

Cette expérimentation permet de questionner l’usage des réseaux sociaux - et ici particulièrement Facebook - pour accompagner les élèves dans la lecture d’une œuvre littéraire intégrale. Le travail a été mené à partir d’un outil numérique intéressant Fakebook qui permet de créer de fausses pages Facebook.

Article mis en ligne le 20 décembre 2019
dernière modification le 12 décembre 2019

par Claire Augé
  • 1. Remarques initiales

Les nouveaux programmes de français mettent l’accent sur la lecture et l’étude d’œuvres intégrales patrimoniales en classe de seconde et de première. Face à un public de petits lecteurs, il est souvent nécessaire de mettre en place un dispositif de lecture, permettant de les accompagner dans la découverte d’œuvres exigeantes et souvent difficiles.

Facebook, fondé en 2004, appartient à notre quotidien qui est entré dans le cours de Lettre par le biais de nombreux enseignants innovants. En effet, on peut trouver ainsi les personnages du Père Goriot créés en 2013 par la classe de Caroline Duret ou encore les personnages de La Peste pensés par les élèves d’Aurélie Palud au lycée Gabriel Touchard en 2014. Les exemples sont nombreux...

Le projet présenté est en lien avec l’étude de l’œuvre patrimoniale intégrale Iphigénie de Racine.

  • 2. Présentation de l’outil FAKEBOOK

Est également apparu une version éducative du réseau social sous le nom de Fakebook permettant aux enseignants de faire créer de faux profils Facebook aux élèves.

- Avantages de l’outil :
- gratuité de l’outil
- facilité de son usage pour les "habitués" à Facebook
- nul besoin de créer un compte (conforme aux RGPD)
- nul besoin d’emmener sa classe sur Facebook en cours

Néanmoins quelques inconvénients sont à noter :
- on ne peut enregistrer une page qu’après avoir écrit cinq "commentaires" minimum. Cela sous-entend que les profils ne peuvent pas être crées avant la séance par l’enseignant qui doit veiller en cours au bon enregistrement du travail par les élèves.
- on ne peut pas écrire de manière synchrone une même page Fakebook avec plusieurs ordinateurs. Si la création de la page Fakebook est un travail collaboratif, tous les élèves du groupe se retrouvent sur le même ordinateur.
- L’outil est en anglais.

  • 3. Objectifs pédagogiques et compétences visés

- Lire l’œuvre Iphigénie de Racine, œuvre difficile en raison de sa langue, de sa poétique et de son sujet.
- Motiver les élèves à lire et s’approprier une œuvre patrimoniale complexe
- Actualiser l’œuvre en tissant des liens entre les personnages et le monde des élèves
- Travailler la compréhension et l’interprétation des différents personnages de l’œuvre
- Initier une analyse de texte
- Initier une réflexion sur la mise en scène de l’œuvre
- Amener les élèves à réfléchir à l’usage des réseaux sociaux

  • 4. Descriptif sommaire

Il a été demandé aux élèves, après leurs premières lectures de l’œuvre littéraire et avant son étude en classe, d’imaginer les profils Facebook que les personnages de la tragédie auraient écrits s’ils avaient vécu à l’ère des réseaux sociaux.

Les travaux ont été réalisés collaborativement.
Avant la séance d’écriture collaborative numérique, une réflexion sur l’écriture facebookienne a été menée afin de mieux comprendre l’écriture actuelle de l’autoportrait, "journal extime" pour reprendre la formule de Michel Tournier : un portrait se compose non seulement de "posts" où le "je" se met en scène, mais s’enrichit également d’hyperliens dans la mesure où sur Facebook sont partagés de nombreux documents - articles, musique, film,livres...

-* 5. Descriptif détaillé

  • Organisation

Après la première lecture de l’œuvre et avant son étude en classe, les élèves ont été regroupés en "cercles de personnage" et ont échangé pendant une séance de deux heures sur leur personnage dans l’œuvre. Cela a été l’occasion de travailler entre pairs la compréhension de l’œuvre et du personnage.

Puis, ils ont été invités à créer le profil Fakebook du personnage lors d’une séance de deux heures en salle informatique.

Ensuite, une séance collective a été organisée où chaque groupe a présenté son personnage au reste de la classe, en justifiant à l’oral les différents choix.

  • Prolongements en cours

L’observation des travaux d’élèves permet, au début de la séquence, de prendre en compte plusieurs points :
- la compréhension de l’œuvre par les élèves
- les postures de lecteur mises en place
- les éléments particuliers qui ont retenu leur attention.

Ceci sert de point de départ pour l’enseignement pour :
- entrer dans une étude de texte
- étudier les personnages et l’œuvre


Dans ce "post", on remarque que les élèves associés à Arcas ont mis en valeur la question de la vérité, à travers leurs culture personnelle. Cela témoigne d’une bonne compréhension du dilemme qui préoccupe le personnage : garder le secret d’Agamemnon ou dire à Iphigénie et Clytemnestre la vérité sur le sacrifice à venir.


Cet exemple souligne simplement, non sans ironie, la compréhension d’un point clef de la tragédie : l’attente des vents.


Enfin, dans ce dernier exemple, on peut remarquer une appropriation actualisante de la cinquième scène du deuxième acte où Ériphile et Iphigénie, déçue par la trahison amoureuse de sa sœur de cœur, se disputent. En faisant dialoguer, non sans surprise pour l’enseignant de Lettres, Vitaa et Racine, une compréhension de l’œuvre se dessine.

- initier une réflexion sur la tragédie classique.
En effet, l’écriture actualisante d’un faux profil Facebook a amené les élèves à imploser les règles d’unité de la tragédie classique. Un travail de contextualisation mené par l’enseignant avec la classe permet ensuite de comprendre l’esthétique d’une tragédie classique.

- développer une lecture personnelle sur l’œuvre

Dans cet exemple, on remarque que les élèves ont mis en valeur le désespoir d’Ériphile, amoureuse malheureuse d’Achille amenant à poser un nouveau regard sur la tragédie de Racine : en effet dans leurs travaux Ériphile est devenue la figure de la déracinée, sans famille, amoureuse en vain d’Achille qui meurt dans l’indifférence générale.

- initier une réflexion sur la scénographie.

Il a ensuite été demandé aux élèves de réaliser un casting pour leur personnage en proposant un comédien ou un acteur et d’en justifier le choix. A partir des lectures personnelles surgies au cours du travail sur Fakebook, les élèves ont écrit des notes d’intention précises témoignant d’une appropriation personnelle d’Iphigénie.

  • 5. Limites et perspectives

Les inconvénients de Fakebook ne rendent pas le travail collaboratif efficace. En cela, l’écriture sur Facebook est plus intéressante puisque le réseau social permet l’écriture collaborative synchrone.
Nous renvoyons à un autre articleici évoquant l’écriture d’un profil fictif sur le réseau social directement.

Ce travail, qui prend du temps avant l’étude plus classique de l’oeuvre (4 heures environ), permet de gagner en efficacité ensuite dans les explications de textes et études transversales.

  • 6. Annexes

Les faux profils Facebook des élèves sont disponibles aux liens suivants :
- Arcas
- Agamemnon
- Clytemnestre
- Doris
- Ériphile
- Iphigénie
- Achille
- Ulysse