accessibilité
| |
Bandeau
Lettres & Langues et Cultures de l’Antiquité
Slogan du site

Site Lettres et Langues anciennes de l’académie de Lyon.

Travailler l’oral collaboratif : création d’un podcast en cours
« L’adolescence : la vie devant soi ? »

En s’inspirant de l’émission quotidienne « Pieds sur terre » de France Culture, il s’agissait d’amener des élèves de cinquième à créer collaborativement un podcast sur l’adolescence.

Article mis en ligne le 29 avril 2021

par Charlotte Abaziou

1. Objectifs pédagogiques

Les objectifs pédagogiques sont les suivants :

- s’interroger sur le sens et les difficultés de la conquête de l’autonomie au sein d’un groupe ou contre lui,
- comprendre pourquoi écrire sur le passé peut aider dans la construction de soi,
- réaliser un podcast collaboratif sur la thématique de l’adolescence.
Cet objet final, un podcast inspiré des « Pieds sur Terre », émission quotidienne diffusée sur France Culture, est l’aboutissement d’un travail qui doit permettre aux élèves, notamment lors des séances de débats et de travaux de groupes, de trouver une position qui leur convienne au sein de la classe, de réussir à affirmer des points de vue, de se raconter tout en écoutant les autres.

2. Descriptif sommaire

Le projet de création collaborative d’un podcast inspiré des « Pieds sur Terre », sur le thème de l’adolescence, a été réalisé dans une classe de cinquième, dans le cadre du thème Vivre en société, participer à la société. Avec autrui, famille, réseaux.

Le travail a mobilisé plusieurs compétences particulières :
- exprimer des ressentis personnels,
- réfléchir et débattre en collectivité,
- s’approprier des œuvres littéraires,
- créer de manière collaborative.

3. Descriptif détaillé

ÉTAPE 1 : l’expression des ressentis personnels

La première étape, celle de l’expression des ressentis personnels, a été initiée à la fin de la séquence précédente, au cours de laquelle l’œuvre théâtrale l’Avare de Molière a été étudiée.
Il a été proposé aux élèves de poursuivre les phrases suivantes :
« La première chose que je peux vous dire c’est… »
« Pour moi, avoir la vie devant soi c’est ... »
« Pour moi, l’adolescence c’est… ».

Après avoir complété ces propositions, les élèves ont enregistré un premier podcast individuel à la maison, en utilisant ou leur ordinateur ou leur téléphone portable.

À partir de cela, la thématique de l’adolescence a pu être problématisée en groupe. C’est donc leurs imaginaires, leurs connaissances et leurs idéaux qui constituent le support initial de la séquence.

ETAPE 2 : s’approprier des textes littéraires pour nourrir la réflexion et débattre entre pairs

Au cours de cette séquence, plusieurs textes, extraits des œuvres suivantes, ont été étudiés :
- La Vie devant soi de Romain Gary ;
- No et moi, Delphine de Vigan ;
- La Gloire de mon père de Marcel Pagnol.

Les lectures menées en classe ont fait émerger des questionnements littéraires et philosophiques (« C’est comme si j’avais un habitant en moi. », La Vie devant soi : esquisse de réflexion sur la conscience) mais aussi sociologiques (« Monsieur Waloumba dit que les jeunes ont besoin de tribus car sans ça ils deviennent une goutte d’eau à la mer et ça les rend dingues. », La Vie devant soi : réflexion sur l’autre, la formation des habitudes au sein d’un groupe).

Les élèves ont alors composé à plusieurs des anthologies de citations issues de La Vie devant soi, afin de les mettre en lien avec la thématique de l’adolescence, de décrire aux autres les émotions qu’elles suscitent en eux et expliquer à quelles situations actuelles elles peuvent renvoyer. Ces citations sélectionnées sont le support de la séance de débat.

ETAPE 3 : Rédiger un podcast

A la suite de la découverte et de l’analyse d’un podcast des « Pieds sur Terre »en classe,
les élèves ont rédigé leur propre podcast collaboratif. La structure et les enjeux ont été définis de manière collaborative, au préalable, en classe.

La rédaction du podcast a été réalisée sur Framapad, application numérique qui permet d’écrire à plusieurs et simultanément un même texte., en salle informatique. Écrire à à plusieurs n’est pas tâche facile : Comment se situer dans un groupe d’adolescents ? Comment affirmer son individualité ?

Les élèves, en tant que co-auteurs, se sentent responsables de la tâche finale. Framapad leur permet d’acquérir des réflexes de révision du texte : ils adoptent une posture réflexive sur la langue, et une posture justificative dans le chat (« clavardage ») lorsque leurs camarades proposent une autre formulation, une idée différente. Framapad facilite la relecture et la correction du texte.

En effet, s’il est, certes, possible d’effectuer une relecture et des modifications sur papier, ces dernières rendent le texte peu lisible et ne peuvent être réalisées qu’un certain nombre de fois. Or, sur Framapad, les élèves modifient régulièrement l’ordre des paragraphes, des citations choisies, en pensant à l’auditeur : ils pensent en termes de « suspense », de « rythme » et de « dureté » des expériences personnelles, en d’autres termes ils cherchent une cohérence, mais aussi une gradation dans l’émotion qu’ils sont capables de transmettre.

Dans le chat, ils se sont réparti eux-mêmes les rôles. L’un d’entre eux accole naturellement à son nom « organisation du texte ». Ayant terminé avant ses pairs sa rédaction, il veille à la limpidité dans l’enchainement des paragraphes. D’autres proposent d’eux-mêmes leur aide en grammaire ou suggèrent à leurs camarades de développer certains aspects thématiques. Framapad permet de ne pas décourager les élèves, ils peuvent revenir sur le texte, l’étoffer et apporter de la nuance : le mélange d’interaction synchrone et asynchrone est un avantage du point de vue du processus rédactionnel.


Cette utilisation du numérique s’inscrivant dans une réflexion de fond sur l’individualité et le groupe dans une perspective de projet créatif, doit permettre à tous les élèves de mobiliser des ressources valorisantes et motivantes. Or, le numérique me parait atténuer les difficultés qu’ont certains élèves à se relire, en raison de dyskinésie ou de dysorthographie.

ETAPE 4 : La mise en voix et l’enregistrement

La mise en voix est essentielle dans la réalisation de l’objet final. Or, lors de la dernière séquence, les élèves ont particulièrement travaillé l’oral (exercices d’échauffement et de modulation de la voix, exercices d’articulation grâce à des virelangues, travail d’expression orale lors de mises en scène improvisées, enregistrement personnel de leur propre mise en scène), c’est pourquoi le travail d’expression orale se fait dans cette séquence uniquement lors de la séance de présentation des anthologies de citations. En raison de la situation sanitaire actuelle, les élèves ont enregistré eux-mêmes leur podcast individuel, qu’il convient désormais de lier les uns aux autres afin d’obtenir l’objet final.

4. Limites et perspectives

Ce travail, qui permet de mobiliser les acquis de grammaire, peut aussi se rapprocher de l’écrit d’appropriation travaillé au lycée : il me parait être déclinable pour plusieurs niveaux scolaires et pour aborder des thématiques variées. Celles qui les concernent directement, qui touchent à leurs vécus semblent les stimuler particulièrement dans la réalisation du travail.

Le travail collaboratif et les débats menés en classe ont permis à tous les élèves de s’investir et s’engager efficacement dans l’activité. Les élèves avaient envie de créer un podcast de qualité : ils se sont investis dans la prise de parole.

En raison de la situation sanitaire, il a été impossible de réaliser les enregistrements en classe et, donc, de mener un enregistrement collaboratif d’un podcast. Cela aurait permis non seulement d’accentuer davantage la dimension collaborative de l’exercice, mais également d’amener chacun à améliorer sa prise de parole, en écoutant ses pairs.

Le podcast :

5. Annexes

Extraits de Framapad :

Quelques exemples :

Johanna :

Nawfel :

Tristan :

Angelo :

Munrethy :